Portrait de boursier 2019/2020 : Duska de Banja Luka [bs]

Duska est une étudiante dont la ville d’origine est Banja Luka. Grâce à une bourse accordée par le gouvernement français, elle continue aujourd’hui ses études au sein de l’Institut d’Ingénierie de Grenoble.

Portrait de boursier 2019/2020 : Duska de Banja Luka - JPEG► Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Duska Kudra, actuellement étudiante en Master en France. J’ai terminé ma Licence à Banja Luka où j’ai pu obtenir un diplôme d’ingénieur en technologie chimique. Pendant mes études, j’ai effectué deux stages, l’un en Allemagne et l’autre en Argentine, ce qui m’a beaucoup aidé à acquérir de nouvelles expériences et à élargir mes connaissances acquises à l’université. De plus, au cours de mon engagement associatif et professionnel au sein de la plus grande organisation environnementale de Bosnie-Herzégovine, j’ai pu traiter de diverses questions environnementales et socio-économiques au niveau national et international.
Je suis une personne très active et je suis convaincue que mon parcours universitaire ne suffit pas à m’instruire totalement. Je pense qu’il est nécessaire que chaque individu dépasse sa « zone de confort » pour entrer en contact avec la vie réelle pour participer au développement de la société dans laquelle nous vivons.

► Pourquoi avez-vous choisi la France comme destination pour vos études ?

Grenoble, la ville où j’étudie actuellement, figure sur les meilleures listes de nanotechnologies à échelle mondiale. De plus, dans certaines universités françaises, des domaines scientifiques spécifiques sont étudiés dans différentes branches, de sorte que, par exemple, il ne soit pas nécessaire d’avoir un diplôme en biologie ou en médecine pour obtenir un diplôme en technologie biomédicale. Grâce à cette université, j’ai la chance d’étudier une discipline qui m’a toujours intéressée sans avoir de connaissances préalables la concernant.

► Pouvez-vous nous présenter brièvement vos études ?

J’étudie actuellement dans le département d’ingénierie nano-médicale de l’Institut d’Ingénierie de Grenoble, qui est l’une des meilleures universités d’ingénieurs en France en matière de développement de l’ingénierie électrique et électronique et des nanomatériaux. Mes études se focalisent sur la création de nouveaux biomatériaux principalement pour le génie tissulaire, donc des marqueurs moléculaires innovants pour la biologie et le diagnostic, en particulier dans le domaine du cancer et des maladies cardiovasculaires. Bien que mes études de baccalauréat aient été axées sur la technologie chimique, ce Master m’offre une occasion unique d’étudier un domaine qui m’a toujours intéressé mais que je n’ai pas eu l’occasion d’étudier dans ma ville d’origine. Avec le développement rapide de la nano-médecine d’aujourd’hui, je suis sûr que ce domaine connaîtra beaucoup de nouvelles avancées et j’espère faire partie de certaines de ces découvertes.

► Comment avez-vous entendu parler de la bourse accordée par le gouvernement français ?

J’en ai entendu parlé en communiquant avec différents étudiants eux-mêmes bénéficiaires de cette bourse dans le passé. Je recommande vivement à tous ceux qui ont besoin d’élargir leurs connaissances académiques de candidater pour l’obtention de cette bourse.

► Que connaissiez-vous de la France avant de recevoir cette bourse ?

En plus de mes connaissances sur l’histoire de France, j’ai eu l’occasion de visiter la France à plusieurs reprises. Lors de mes voyages, j’ai pu participer à des mouvements mondiaux de lutte contre le changement climatique ainsi qu’à un large éventail de réunions sur l’environnement telles que la réunion de la CCNUCC qui s’est tenue à Paris en 2015. C’est là que ma motivation pour la lutte contre le changement social et environnemental est née. Quand vous êtes soudainement entouré d’un million de personnes qui réclament les mêmes droits que vous, alors vous trouvez en cette mobilisation l’énergie et la volonté de continuer de défendre les idées qui vous tiennent à cœur. C’est ce à quoi je pense en premier quand je pense à la France.

Dernière modification : 03/10/2019

Haut de page