Portrait de boursier 2018/2019 : Emina, future docteure en mécanique numérique [bs]

Emina est assistante pédagogique et a obtenu une bourse de la France en 2015. Depuis trois ans, elle prépare un doctorat en mécanique numérique à l’Université de technologie de Compiègne (UTC) – membre de l’Alliance Sorbonne Université – et à la faculté de génie civil de l’Université de Sarajevo.

Emina Hadzalic

Pouvez-vous présenter brièvement votre sujet de thèse ?

Mon domaine d’étude est la mécanique numérique. Ma thèse – que je réalise sous la direction des professeurs Adnan Ibrahimbegovic à l’UTC et Samir Dolarevic à l’Université de Sarajevo – concerne la modélisation numérique des problèmes d’interaction fluide-structure, tel que l’interaction barrage-réservoir. En Bosnie-Herzégovine, la majorité des barrages ont été construits avant la guerre. En raison de la longue période d’exploitation et du manque de contrôle, la question de l’intégrité et de la durabilité de ces structures est soulevée. Notre objectif est de développer un modèle numérique capable de calculer le degré de sécurité de ces barrages contre les défaillances.

JPEG - 82.1 ko
L’université de technologie de Compiègne

Pourquoi avez-vous choisi la France pour votre doctorat ?

J’ai choisi la France principalement grâce au professeur Adnan Ibrahimbegovic, professeur à l’UTC, qui a gentiment accepté d’être mon superviseur. J’ai donc postulé et obtenu la bourse du gouvernement français et aujourd’hui, trois ans plus tard, je suis sur le point de finir.

Connaissiez-vous la France avant d’obtenir cette bourse ?

Je connaissais la longue histoire de France, ses beaux paysages, son excellent fromage et son vin. Durant mes études de doctorat et mes séjours en France, j’ai appris que ce pays était également très engagé dans l’éducation et le développement des nouvelles technologies.

Parliez-vous français avant votre arrivée ?

Non, je ne parlais pas français. Ces trois dernières années, j’ai suivi des cours de français à l’Institut français de Sarajevo. Le personnel très aimable de l’Institut et les cours m’ont aidé à apprendre et à améliorer mes compétences en français.

JPEG - 65.3 ko
Emina Hadzalic

Que retiendrez-vous de votre expérience française ?

Que j’ai beaucoup appris. J’ai appris différentes méthodes de travail et j’ai découvert différentes idées et façons de penser. J’ai également rencontré de nombreux scientifiques et pas seulement dans mon domaine d’études. J’ai pu faire la connaissance d’autres doctorants venus du monde entier : France, Croatie, Espagne, Serbie, Vietnam, Tunisie, Mexique, etc. qui sont devenus des amis proches. Tout ceci représente un grand avantage pour ma future carrière scientifique et pédagogique.

Que diriez-vous aux étudiants bosniens qui aimeraient étudier en France ?

Je recommande à tous de candidater à une bourse pour étudier en France. Les raisons sont multiples : excellent système éducatif, rencontre de nouvelles personnes et de nouvelles cultures, apprentissage de nouvelles langues, opportunités de carrière, etc. De plus, les nouveaux boursiers n’ont pas à se préoccuper de planifier le voyage ou de l’hébergement pendant leur séjour en France. Le personnel de Campus France et de l’ambassade de France en Bosnie-Herzégovine vous aideront tout au long du processus.

Dernière modification : 24/08/2018

Haut de page