Portrait de boursière 2017/2018 : Ranka et l’Université de Nice-Sophia Antipolis [bs]

Actuellement professeure de français à Banja Luka, Ranka va partir étudier la traduction à Nice. Passionnée par la langue française et polyglotte, elle souhaite devenir interprète.

JPEG - 81.2 ko
Portrait de boursier 2017/2018 : Ranka et l’Université de Nice-Sophia Antipolis

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Ranka Macanović, j’ai 24 ans et je suis professeure de français. J’ai fini Faculté de Philologie à l’Université de Banja Luka en 2016. Je suis actuellement coordinatrice de Centre pour la langue et la culture françaises au "Centre pour l’Affirmation et le Développement" à Banja Luka où j’habite avec mes parents, mon frère et ma sœur.

Peux-tu présenter ton master ? Pourquoi avoir choisi ce domaine d’étude ?

J’ai toujours été passionnée par les langues étrangères, surtout par le français parce que j’adore sa musicalité et son esprit. Je parle encore l’anglais et l’italien et j’ai commencé à apprendre le russe. Donc, le choix de mes études n’était pas trop difficile, ainsi que le choix de mon master. En effet, je vais faire le Master 2 Traduction et rédaction d’entreprise à l’Université Nice Sophia-Antipolis. Ce master comprend tous ce qu’il m’intéresse, parce que je trouve que le travail sur les traductions simultanées et consécutives est très intéressant car le travail d’un interprète ou d’un traducteur exige un apprentissage continu, constant.

Comment as-tu entendu parler de la bourse du gouvernement français ?

Je connais la bourse du gouvernement français depuis le début de mes études, car j’en ai plusieurs fois entendu parler à mon université.

Que connaissais-tu de la France avant d’obtenir la bourse d’étude ?

J’ai étudié profondément la littérature, l’art et la culture de la France. Je connais aussi le mode de vie des Français, parce que j’ai passé trois mois comme fille au pair à Nice et j’ai profité de quelques occasions pour visiter la France pendant mes études. Je trouve que l’esprit des Français me convient bien et c’était une des plusieurs raisons pour ma décision de continuer ma formation en France. Par ailleurs, j’admire beaucoup les écrivains français comme Victor Hugo, sur lequel j’ai écrit mon mémoire de fin d’études. Je suis également passionnée de spéléologie et je viens de passer une semaine avec des spéléologues français et belges qui m’ont beaucoup appris et avec qui je vais continuer à travailler lors de mon séjour en France. De cette manière, j’aurai une occasion de connaitre la France encore mieux.

Une dernière question : As-tu des conseils pour les étudiants de Bosnie-Herzégovine qui souhaiteraient étudier en France ?

En France, j’espère améliorer mes techniques de traduction, approfondir mes compétences et passer une année pleine de bons souvenirs. Pour tous les étudiants bosniens espérant étudier en France, je dirais « Allez-y, soyez courageux et découvrez la France ! »

Dernière modification : 13/10/2017

Haut de page