Portrait de boursier 2016/2017 : Amila, Sciences Po Strasbourg [bs]

Amila fait partie des étudiants qui ont obtenu une bourse du gouvernement français pour l’année 2016/2017. Découvrez son parcours.

Amila est originaire de Travnik. Elle a été admise à Sciences Po Strasbourg pour un Master 2 en Sécurité intérieure et extérieure de l’Union européenne. Sélectionnée par l’Ambassade de France grâce à son très bon dossier, elle a reçu une bourse du gouvernement français pour effectuer ses études en France.

Amila - JPEG

Comment vous est venue l’idée d’aller étudier en France ? Comment avez-vous entendu parler de Sciences Po Strasbourg ?

Amila : Etudier en France, c’était pour moi la suite logique de mes études. J’ai toujours voulu m’inscrire dans une faculté française.
La France est à la fois une destination parfaite pour pouvoir perfectionner mon français, mais aussi pour poursuivre mes études de science politique. En effet, les Instituts d’Etudes Politiques (Sciences Po), sont de très bonnes écoles, reconnues dans toute l’Europe.
C’est en discutant avec mes amis de l’université ainsi qu’avec mes professeurs que mon choix s’est porté sur Sciences Po Strasbourg. Tous m’ont confirmé que c’est une très bonne école et j’ai été très heureuse de savoir que j’y ai été acceptée.

Amila, boursière 2016-2017 - PNGOù avez-vous appris le français ?

Amila : J’ai commencé à étudier le français au lycée. C’était un des cours optionnels proposés et j’ai décidé d’essayer.
J’ai ensuite choisi de continuer à étudier cette langue à la faculté, en m’inscrivant dans un double-diplôme. Ainsi, tout en étudiant la science politique et les questions de sécurité internationale, j’ai pu continuer à approfondir mes connaissances de la langue et de la littérature française.

Comment avez-vous eu connaissance des bourses du gouvernement français ?

Amila : C’est à la faculté de lettres que j’ai appris l’existence de ces bourses. En effet, plusieurs de mes professeurs ont eu l’occasion d’en bénéficier pour aller étudier en France et ils m’ont conseillé de candidater.

Comment avez-vous apprécié votre séjour en France ?

Amila : Strasbourg est une destination magnifique pour effectuer des études. Située au cœur de l’Alsace, Strasbourg offre tout ce qu’une jeune personne pourrait désirer. C’est à la fois un centre diplomatique et politique européen et une ville internationale d’étudiants qui donne l’opportunité de faire connaissance avec des cultures et nationalités diverses. Les étudiants en sciences politiques y ont l’opportunité de participer à de nombreuses conférences scientifiques et table-rondes organisés par l’Université de Strasbourg, ainsi que d’être au milieu d’événements politiques de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe.

Amila u Strasbourgu - JPEGJe savais beaucoup de choses sur la culture et le mode de vie en France, mais ce qui m’a fasciné c’est l’organisation du système d’éducation universitaire dans ce pays. La France est placée parmi les états européens qui investissent énormément dans le secteur de l’éducation. Les frais d’inscription à une université française pour le master sont de 200 à 400 euros, ce qui représente une somme presque symbolique par rapport à la qualité du système d’éducation en France.

Il est très utile que les futurs boursiers sachent qu’en France tous les étudiants, nationaux et internationaux jouissent les mêmes droits et les mêmes bénéfices. En France tous les jeunes âgés de moins de 25 ans profitent des réductions dans le transport public, dans les cinémas, des théâtres, etc. En plus, une carte sport est souvent offerte aux boursiers du Gouvernement français.

Que souhaitez-vous faire à la suite de votre Master 2 ?

Amila : Tout d’abord j’aimerais bien trouver un travail afin d’être capable de réaliser mes projets professionnels. Etant donné que le séjour en France était pour moi une excellente expérience j’envisage faire mes études doctorales en France dans le proche futur et je suis actuellement à la recherche d’un organisme, d’une école qui pourrait me donner la possibilité de réaliser mes désirs académiques.

Evropski parlament u Strasbourgu - JPEGQu’est-ce que pourriez-vous conseiller aux futurs boursiers ?

Amila : Premièrement je conseillerais aux futurs boursiers et à tous ceux intéressés pour faire les études en France de faire une bonne recherche afin de recueillir des informations précises sur les conditions d’admission, les programmes de master offerts et sur le niveau de langue requis par l’université ou grande école visée.

D’ailleurs, je conseille à tous les intéressés de commencer à apprendre le français avant même le départ en France puisque cela leur permettra de s’habituer plus facilement aux nouveaux environnements.

Dernière modification : 15/01/2018

Haut de page