Portrait de Boursier 2020/2021 : Danilo de Trebinje [bs]

Danilo est un professeur passionné par l’histoire. Grâce à une bourse accordée par le gouvernement français, il a pu enrichir son cursus déjà bien complet.

JPEG

  • Pouvez-vous présenter ?

Je m’appelle Danilo Kovač et je viens de Trebinje. Dans ma ville natale, j’ai terminé le lycée « Jovan Dučić », et à Podgorica l’école de musique et de ballet « Vasa Pavić ».

Je suis diplômé du Département d’histoire et de langue latine de la Faculté de philosophie de Banja Luka avec la meilleure moyenne de ma promotion. Je suis lauréat du prix de la recherche historique de la Fondation "Slobodan S. Begović", à la Faculté de droit de l’Université de Belgrade.

Après avoir terminé mes études de maîtrise à Banja Luka, j’ai effectué d’autres études de maîtrise à l’University College London (UCL). À cette occasion, j’étais boursier du gouvernement britannique (Chevening). À part cela, j’étais membre de l’American Academy de Rome.

En tant que boursier, j’ai suivi la Winter School de l’Université de Vienne, ainsi que de nombreux séminaires dans le domaine de l’histoire contemporaine et de l’enseignement de l’Holocauste à Berlin, Weimar, Buchenwald, Londres, Rome, Trieste et certainement dans plusieurs centres français.

Grâce à la bourse du gouvernement français, j’ai effectué un séjour d’études en France à l’Université de Versailles Saint Quentin dans mon domaine de recherche.

Je prépare mon doctorat en tant que boursier de l’Université de Rome "La Sapienca". Je travaille comme professeur d’histoire et de langue latine dans le programme international (IB) et national du lycée de Banja Luka et comme assistant à la faculté de philosophie de Banja Luka, dans le domaine de la méthodologie de l’enseignement de l’histoire.

  • Pouvez-vous présenter votre doctorat et votre sujet de thèse si vous devez en faire un ?

Le sujet de ma thèse de doctorat coïncide largement avec les domaines sur lesquels j’ai fait des recherches dans les institutions françaises notamment. Ces domaines sont : l’histoire de la diplomatie, du fascisme dans les Balkans, de l’État indépendant de Croatie et de ses relations avec l’Italie, du génocide et de l’Holocauste, et de la méthodologie d’enseignement de l’histoire et de l’Holocauste.

  • Pourquoi avoir choisi ce domaine d’étude ?

Je pense que ces sujets importants devraient être mieux couverts en utilisant autant d’archives nationales et étrangères que possible. Il est également très important de savoir comment présenter un contenu stressant aux élèves et quel message leur envoyer. Outre une connaissance approfondie du passé, enseigner un tel contenu est un défi méthodologique, ce qui m’intéresse tout particulièrement.

  • Pourquoi avoir choisi d’aller étudier en France ?

Il est difficile de répondre brièvement à la question de savoir pourquoi un historien veut étudier en France, un pays qui a apporté une importante contribution à l’histoire et à la culture tant européenne que mondiale. Afin de ne pas énumérer les nombreuses contributions et idées qui sont venues de France et les meilleurs musées du monde, je vais brièvement examiner une autre raison, à savoir le système éducatif français. Bien que j’aie fait des études en Grande-Bretagne, à Rome et dans certaines institutions américaines, je peux vraiment dire que l’éducation française m’a laissé une grande impression.

En outre, il existe des institutions en France qui obtiennent des résultats remarquables dans les domaines que je traite. J’ai donc eu l’occasion, il y a quelques années, d’étudier la pratique méthodologique et didactique de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne. J’ai assisté à un grand séminaire sur l’Holocauste, dans l’une des principales institutions françaises et mondiales, le Mémorial de Caen. J’ai fait des recherches au Mémorial de la Shoah à Paris, qui est connu non seulement comme une institution qui traite de l’Holocauste lui-même, mais aussi par son approche pédagogique à ce sujet. Puisqu’il y a des experts exceptionnels sur le fascisme dans les Balkans parmi les professeurs français, j’ai été honoré que des professeurs des universités de Versailles et de la Sorbonne m’aient donné leur aide académique. La coopération avec des professeurs d’universités françaises, et leur approche de la science, pour moi n’est pas seulement une expérience académique, mais aussi une expérience culturelle très importante.

  • Comment avez-vous entendu parler de la bourse du gouvernement français ?

Je l’ai appris des boursiers de l’année dernière, qui en étaient très satisfaits.

  • Est-ce que vous aviez déjà des connaissances en français avant votre séjour en France ?

Je dois avouer que ma connaissance de la langue française est encore limitée. Cependant, comme je parle bien l’anglais et l’italien, et j’enseigne le latin, avec l’aide des outils techniques, j’arrive à comprendre en partie le contenu des documents et les sources historiques, ce qui est le plus important pour un historien.

En tout cas, j’ai l’intention d’apprendre le français. À Banja Luka, nous avons une antenne de l’Institut français, qui est un endroit idéal pour apprendre le français.

  • Que souhaiteriez-vous faire à la suite de vos études ?

Puisque Banja Luka est une ville que j’aime et dans laquelle je me suis retrouvé personnellement et professionnellement, j’ai l’intention de poursuivre mon travail pédagogique et de recherche dans cette ville.

  • Dernière question : Avez-vous des conseils à donner aux étudiants de Bosnie-Herzégovine qui souhaiteraient étudier en France ?

J’ai conseillé à mes élèves et étudiants qui ont l’intention d’étudier en France de maîtriser au mieux la langue française. En plus de la partie académique, je leur suggère de profiter de tout ce que la France a à offrir, comme les beaux musées parisiens, les parcs, les promenades et les belvédères, la belle nature de la Normandie enchanteresse et bien d’autres endroits.

Je leur ai suggéré également de profiter des vins français et de nombreuses autres spécialités. En un mot, à travers l’expérience de l’éducation française, et en apprenant à connaître l’histoire, la culture et les beautés naturelles de ce pays, ils peuvent ressentir pleinement le "goût" magique de la France.


Vous êtes intéressés, vous aussi, par les bourses du gouvernement français ?

Posez vos questions aux représentants de Campus France : campusfrancesarajevo@campusfrance.org ; +387 33 586 230

Dernière modification : 09/10/2021

Haut de page