M. l’Ambassadeur reçoit la charte d’or de la ligue des humanistes [bs]

A l’occasion du quarantième anniversaire de la fondation de la ligue internationale des humanistes, M. Roland Gilles, Ambassadeur de France en Bosnie-Herzégovine, s’est vu remettre, le 10 juin 2014 à Sarajevo, par les représentants de la ligue, la charte d’or d’Ambassadeur honoraire de la culture de la paix et du dialogue.

« Cet insigne vient reconnaître l’action entreprise par M. l’Ambassadeur Roland Gilles. Lorsqu’il est question de paix, il est essentiel de distinguer des personnalités qui contribuent véritablement à la paix dans la région. M. l’Ambassadeur a œuvré pour le dialogue entre les peuples, il a voyagé à travers la Bosnie-Herzégovine, il a rencontré des citoyens ordinaires et a non seulement su écouter leur histoire, mais a aussi partagé leur désir commun de meilleurs lendemains. Son action ne se contente pas de s’inscrire dans l’esprit de la ligue, elle en est la mission. » a affirmé Zdravko Šurlan, secrétaire général de la ligue, en ouvrant la cérémonie.

« Cette récompense est d’une grande importance à mes yeux alors que j’achève mon mandat d’Ambassadeur et je tiens à la recevoir, non en mon nom propre, mais au nom de l’action que la France entreprend depuis de nombreuses années en Bosnie-Herzégovine, des valeurs qu’elle a promues et défendues. A la veille du rendez-vous de mémoire que nous propose l’anniversaire du début du Premier conflit mondial, pour lequel mon pays a voulu s’engager avec volontarisme, ici même à Sarajevo, ce message prend tout son sens. Cent ans après, il est plus que jamais de notre responsabilité à tous de porter, avec toute notre force de conviction et toute la force de nos convictions, un message de paix et de réconciliation.

Le message humaniste invite à replacer le citoyen au cœur du projet de société. Nous sommes tous en effet des citoyens également enrichis par nos différences. L’homme de foi, de lettres et de convictions qu’était Lacordaire n’illustrait-il pas déjà, au début du XIXe siècle, cette vérité en écrivant : Je suis Athénien, Romain, j’habite au pied du Parthénon, et j’entends, du haut du Capitole, Cicéron qui me parle et m’émeut.  » a, notamment, déclaré M. l’Ambassadeur Roland Gilles.

Regarder le reportage de TV1

Dernière modification : 06/01/2015

Haut de page