Interview – Katarina Herceg, participante à l’école d’été du développement durable [bs]

Katarina, qui fait un doctorat en France grâce à une bourse de l’ambassade, a participé à l’école d’été « Objectifs du développement durable » (ODD) à Marseille.

Katarina Herceg
PNG - 356.3 ko
Ciljevi održivog razvoja
Ujedinjene nacije u Bosni i Hercegovini

Pourquoi avez-vous décidé de participer à l’école d’été des ODD ?

Un des modules de la deuxième école d’été des Objectifs de développement durable à Marseille concernait la santé. Etant donné que je fais partie du système de santé, j’essaye de me perfectionner pour que ma carrière puisse suivre les toutes dernières découvertes dans le monde. Cette école a justement servi à cela et, entre autres, a confirmé l’idée que l’apprentissage et la formation durent toute la vie.
Le module concernant le VIH était le sujet de mon groupe. Un thème étroitement lié aux maladies que j’étudie.

Qu’avez-vous pensé du cursus que vous avez suivi ?

JPEG - 403.3 ko
Katarina Herceg et Dr Françoise Barré-Sinoussi

L’agenda était très chargé (la journée s’étendait en moyenne de 8h30 à 19h00). Les quatre premiers jours, nous étions à Marseille et les deux autres à Aix-en-Provence. Il y eu des ateliers interactifs et des experts français très intéressants. Les conférenciers et les formateurs étaient, entre autres, des présidents d’associations internationales étroitement liées au SIDA et des scientifiques de l’INSERM dont je suis également membre puisque j’y fais mes recherches. J’aimerais souligner le fait que j’ai rencontré la Dr Françoise Barré-Sinoussi, lauréate du prix Nobel de médecine en 2008 pour la découverte du VIH en 1981. J’ai même eu l’occasion de lui parler de ma thèse de doctorat.
Il y avait des participants de 40 pays, de tous les continents, et la majorité venait de l’espace francophone. Tout ceci montre le côté sérieux et la bonne qualité de cette école d’été.

Sur quoi travaillez-vous ? Comment cette école d’été va dorénavant influencer votre travail ?

Actuellement, je travaille sur la publication de mon premier article scientifique dont le titre est La charge globale de l’histoplasmose en corrélation avec le VIH, et qui devrait être terminé avant la fin de l’année. Avec l’aide de mon superviseur, des Instituts français et américain, c’est la première fois que nous travaillons sur quelque chose et j’espère que nous allons réussir.
L’école d’été m’a permis de faire la connaissance de scientifiques français réputés et de rencontrer des confrères venant du même domaine que moi. C’est bien de pouvoir parler avec des confrères du monde entier qui ont également choisi la France pour effectuer leur formation. La grande majorité travaille dans des instituts nationaux de leurs pays, ce qui est aussi utile pour échanger des idées et récolter des données pour mon doctorat. De plus, avoir l’opportunité de discuter avec ces personnes francophones m’a permis d’améliorer mon français.

Avez-vous aimé votre voyage en France ?

JPEG - 122.5 ko
Les Calanques de Marseille
Creative Commons

La France est un pays merveilleux que je visite avec plaisir. J’aime particulièrement quand je peux allier travail et plaisir.
La Provence enchante vraiment en été, peu importe de quelle façon on y voyage.

Que pensez-vous de la recherche en France et de l’enseignement dans les domaines scientifiques ?

Je pense que la France est un des pays les avancés dans le domaine de la science, de l’éducation, de l’échange international, de la recherche, etc. Il existe des instituts, des associations et des organisations qui fonctionnent bien et chacun sait quelle est sa part du travail.
Le système français diffère drastiquement du nôtre. Le France investit beaucoup d’argent dans la recherche, ce qui donne d’énormes résultats. J’espère que la Bosnie-Herzégovine s’approchera de la France dans ce sens, parce qu’en Bosnie-Herzégovine, la science et la recherche ne sont malheureusement pas au même niveau.

Pour pouvoir participer à cette école d’été sur les ODD vous avez commencé à apprendre le français à l’antenne de Mostar de l’Institut français. Allez-vous continuer votre apprentissage ? Pourquoi ? A l’avenir, allez-vous utiliser votre connaissance du français dans votre travail ?

Je pense que cette école d’été m’a incité à enfin me lancer dans l’aventure de l’apprentissage du français, et j’en suis très contente. Je souhaite par cette occasion remercier la professeure Lidija Rotim qui motive notre groupe et avec qui on apprend tout en s’amusant. Bien que mon doctorat soit en anglais, je pense que j’apprendrai le français et cela sera un trophée de plus obtenu au cours de ces trois années. Il existe un proverbe qui dit : « Autant de langues tu parles, autant d’hommes tu vaux ».
Je souhaite remercier l’Institut français qui s’occupe de tous les besoins des boursiers du gouvernement français. Et surtout un grand merci à l’Ambassade de France en Bosnie-Herzégovine qui m’a permis de participer à l’école d’été de Marseille.

Dernière modification : 31/08/2018

Haut de page