Intervention française en Centrafrique (5 déc. 2013)

Intervention française en Centrafrique

Le 5 décembre 2013 a été adoptée à l’unanimité, sur proposition de la France, la résolution 2127 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui porte sur la situation en République centrafricaine. Elle donne pouvoir aux forces africaines et à la France d’intervenir alors que des exactions très graves sont commises en République centrafricaine. L’objectif est de prévenir une catastrophe humanitaire et sécuritaire.

Après les graves exactions commises dans la capitale centrafricaine, l’intervention militaire française a permis un déploiement très rapide, dès le samedi 7 décembre 2013, principalement à Bangui, et un renforcement de sa mission et de ses effectifs. Ce sont ainsi 1 600 soldats français qui ont finalement été opérationnels dès samedi soir dans le cadre de l’opération Sangaris. En outre, leur mission est désormais de désarmer les milices et non plus seulement d’empêcher les massacres commis ces derniers jours : on dénombre 394 morts entre les 5 et 7 décembre, a précisé le ministre français des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius. « Le calme est revenu à Bangui, même s’il y a encore ici ou là des exactions », a ajouté M. Fabius. « Notre rôle est clair et net, c’est d’abord un rôle sécuritaire ».

Lire la déclaration du président de la République française, M. François Hollande

Dernière modification : 09/12/2013

Haut de page