Aller en Bosnie-Herzégovine - Formalités et précautions

Ambassade de Bosnie-Herzégovine en France

Contactez l’Ambassade de Bosnie-Herzégovine à Paris, seule habilitée à vous donner des informations certifiées sur la législation de ce pays (visas, etc.), pour toute question particulière relative à votre séjour.

Quels documents pour entrer en Bosnie-Herzégovine ?

- Pour les Français et les ressortissants de l’Union européenne, et pour un séjour touristique de moins de 90 jours en Bosnie-Herzégovine, le passeport ou la carte nationale d’identité en cours de validité suffisent. Un visa n’est en principe pas nécessaire.

Les voyageurs qui utilisent leur passeport veilleront :
- à ce qu’il soit encore valable 3 mois après leur date prévue de départ de Bosnie-Herzégovine
- à ce qu’il soit tamponné par la police aux frontières lors de l’entrée sur le territoire bosnien. Sinon, une amende pourrait leur être infligée à la sortie du territoire

Les cartes d’identité dont la date de validité est dépassée, ou qui expireront moins de 3 mois après la date de départ prévu de Bosnie-Herzégovine, risquent de ne pas être acceptées par certains postes frontières, même si elles sont toujours valables en France. Il est recommandé d’éviter de les utiliser. Pour plus d’informations, consultez ce lien.

Attestation d’enregistrement de séjour ("carte blanche")

Tous les ressortissants étrangers séjournant plus de trois jours en Bosnie-Herzégovine doivent être inscrits auprès de la police dans les 48 heures après leur arrivée.
- Les hôtels et les auberges de jeunesse officielles procèdent à ces formalités pour le compte de leurs clients.
- Si vous campez ou séjournez dans une résidence privée, et que votre séjour dure trois jours ou plus, vous ou votre hôte devrez enregistrer vous-mêmes ce séjour. L’enregistrement se fait en personne, auprès de la police locale ou du Service des étrangers du ministère de la Sécurité, dans les 48 heures suivant votre arrivée. Il vous faudra fournir une lettre d’invitation à l’appui de cette demande.

Une attestation de résidence temporaire en Bosnie-Herzégovine (dite "carte blanche") devra alors être complétée. Elle est aussi disponible à l’aéroport auprès des services de la police aux frontières, ou en ligne sur les sites suivants :
-  http://sps.gov.ba/elektronski-obrasci/?lang=en (Service des étrangers du ministère de la Sécurité - en langue locale). Selectionner "Obrazac prijave boravišta i potvrda o prijavi - POTVRDA"
-  http://estranac.ba/ Site officiel pour l’enregistrement des étrangers, destiné aux hébergeurs et uniquement disponible en langue locale.

Ne pas accomplir ces formalités vous expose à une amende.

En cas de séjour prolongé (plus de 3 mois)

- Pour un séjour non touristique et/ou de plus de 90 jours, veuillez vous adresser aux services consulaires de l’Ambassade de Bosnie-Herzégovine à Paris.

- Si vous êtes déjà sur place et souhaitez prolonger votre séjour au delà de 90 jours, vous pouvez vous adresser au Service des étrangers du ministère bosnien de la Sécurité :
Ministarstvo sigurnosti
Služba za poslove sa strancima
Piajčna 6/II - 71000 Sarajevo
Tel : +387 33 772 950
www.sps.gov.ba/index.php ?lang=en

- En plus des formalités précédentes, si vous souhaitez vous installer en Bosnie-Herzégovine pour plus de 6 mois, il vous est également recommandé de vous inscrire au registre des Français établis hors de France dans les semaines qui suivent votre arrivée. Cette formalité vous permet aussi de vous inscrire sur la liste électorale consulaire.

Précautions de sécurité

Pour faciliter la préparation et le bon déroulement de votre séjour à l’étranger, le ministère des Affaires étrangères publie des conseils aux voyageurs. Adaptés à chaque destination et mis à jour régulièrement, ces conseils sont désormais aussi disponibles sur smartphones et tablettes (Android et Apple)

Le ministère des Affaires étrangères vous recommande de vous inscrire sur le Fil d’Ariane, téléservice mis en place pour les Français effectuant des séjours de courte durée à l’étranger.

En vous inscrivant, vous permettrez au Centre de crise du ministère des Affaires étrangères de vous contacter et de contacter vos proches dans l’hypothèse où des opérations de secours seraient nécessaires (crise politique grave, catastrophe naturelle).

Attention, le Centre de crise ne se substituera pas à la compagnie auprès de laquelle vous aurez pris soin de vous assurer.


Présence de mines
La guerre a laissé plusieurs milliers de mines antipersonnel dans le sol de Bosnie-Herzégovine. L’objectif des autorités est de terminer le déminage du pays en 2025. La plupart des zones à risque sont clairement indiquées par des panneaux. De manière générale, les voyageurs sont invités à ne pas quitter les routes goudronnées ou les chemins régulièrement fréquentés, en évitant soigneusement les abords des fleuves. La plus grande prudence est à observer lors des déplacements en dehors des villes, notamment le long des anciennes lignes de front. Les zones qui ne sont encore que partiellement déminées se situent en particulier dans les municipalités de Doboj, Teslić, Maglaj, Usora, Zavidovići, Gornji Vakuf, Sanski Most, Velika Kladuša, Travnik et Ilijaš. Consultez la carte établie par les autorités bosniennes.

Si le risque représenté par les mines est réel, il ne doit pas être exagéré. Les accidents sont désormais rares, et sont en général la conséquence du non-respect des précautions de sécurité. En 2016, 6 morts et 6 blessés ont été à déplorer. Dans le même temps, les accidents de la route ont coûté la vie à plus de 300 personnes dans le pays.

Mineurs non accompagnés

A compter du 15 janvier 2017, un formulaire d’autorisation signé est obligatoire pour toute sortie du territoire français d’un mineur non accompagné de ses parents.

Ce nouveau dispositif est issu de l’article 49 de la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale (article codifié à l’article 371-6 du code civil). Le décret n° 2016-1483 du 2 novembre 2016 relatif à l’autorisation de sortie du territoire d’un mineur non accompagné par un titulaire de l’autorité parentale est venu préciser les conditions de mise en œuvre de l’autorisation de sortie du territoire (AST). Ces dispositions sont consultables sur le site service-public.fr .

L’autorisation de sortie du territoire est matérialisée par l’usage du formulaire CERFA n° 15646*01, renseigné et signé par un titulaire de l’autorité parentale, accompagné de la copie de la pièce d’identité du signataire.

L’autorisation de sortie du territoire ne dispense pas le mineur de l’obligation d’être en possession d’un titre de voyage en cours de validité (le passeport seul ne vaut plus autorisation).

Le dispositif s’applique sans préjudice du maintien des dispositions existantes permettant de contrer un éventuel départ illicite d’un mineur à l’étranger. Les interdictions de sortie du territoire et oppositions à la sortie du territoire restent en vigueur.

Champ d’application

Le dispositif est applicable à tous les mineurs résidant habituellement en France, quelle que soit leur nationalité. Les mineurs français résidant habituellement à l’étranger ne sont en principe pas concernés par ce décret.

Cependant, sur le plan pratique, les autorités de contrôle aux frontières devront apprécier au cas par cas, lors du passage à la frontière, la notion de "résidence habituelle" à l’étranger du mineur français.

Les mineurs ayant un domicile habituel à l’étranger ne devraient donc pas à avoir à produire d’autorisation de sortie du territoire. Toutefois, par sécurité, si le titre de voyage du mineur comporte une adresse en France, les parents devront produire une autorisation de sortie du territoire afin d’éviter toute difficulté de voyage à leur enfant.

La même règle s’applique aux mineurs en voyage scolaire. Les chefs d’établissements veilleront à demander une autorisation de sortie du territoire si le titre de voyage de l’enfant indique une adresse en France.

Message à l’attention des doubles-nationaux

Attention :

Les doubles-nationaux bosniens et français se rendant en Bosnie-Herzégovine doivent, en prévision de leur retour en France, se munir de leur passeport français en cours de validité, ou de leur carte nationale d’identité en cours de validité.

Cette obligation vaut pour tous les voyageurs, y compris les jeunes enfants.

Dans le cas où un document français devrait être établi en Bosnie-Herzégovine au cours du voyage, il ne s’agira que d’un laissez-passer, à destination de la France exclusivement, et jamais d’un passeport d’urgence.

Pour que le Consulat puisse établir ce laissez-passer, il faudra que le demandeur produise, même s’il s’agit de jeunes enfants, un document officiel français ou bosnien avec photo, comportant le nom, le prénom, la date et le lieu de naissance, l’identification de l’autorité publique qui a délivré le document, la date et le lieu de délivrance.

Tourisme : liens utiles

Site de l’Association du Tourisme en Bosnie-Herzégovine (en anglais)

Site du centre d’information touristique du canton de Sarajevo (en anglais)

Brochure de l’Office du tourisme de Bosnie centrale, "Paradis des vacances actives" (en français)

Dernière modification : 05/08/2019

Haut de page